You are currently viewing Obtenir son permis de travail québécois au point d’entrée : comment ça se passe ?

Sur tous les forums et les blogs d’immigration au Québec, je n’ai lu que des situations dans lesquelles les personnes arrivent au Canada avec leur permis de travail déjà en poche. J’ai donc été surpris quand l’avocate de l’entreprise de ma femme nous a dit que nous ferions nos permis de travail au point d’entrée, c’est-à-dire lors de notre arrivée à l’aéroport.

J’ai cherché en vain des témoignages pour me préparer à ce scénario. Heureusement, tout s’est bien passé. Mais, pour aider ceux qui sont dans cette situation, je vous raconte comment s’est déroulée la délivrance de nos deux permis de travail temporaire à l’aéroport de Jean-Lesage de Québec.

Préparation des documents avant le départ

Pour toutes les démarches administratives, l’entreprise de ma femme a fait appel à un cabinet d’avocats spécialisé dans l’immigration : BB Immigration. Je le cite, car il a (bien) géré notre dossier, mais sachez qu’il en existe beaucoup.

Ce cabinet d’avocats nous a accompagnés dans la demande de résidence temporaire et de délivrance de nos permis de travail : un permis de travail fermé lié à son employeur pour ma femme et un permis de travail ouvert pour moi.

Quelques semaines avant le grand départ, l’avocate nous a envoyé la liste des documents à fournir pour la délivrance du permis au point d’entrée.

Nous devions avoir les documents suivants :

  • Passeport original et carte d’identité nationale ;
  • Autorisation de voyage électronique (AVE)
  • Photocopie de votre certificat de mariage
  • Formulaire IMM5476 signé
  • Certificat de police de tout pays dans lequel vous avez résidé pendant 6 mois ou plus depuis vos 18 ans
  • Lettre de confirmation d’emploi (uniquement pour ma femme puisque c’est son emploi qui nous permet d’immigrer), elle a également pu fournir son contrat de travail
  • EIMT et CAQ de ma femme
  • Ses diplômes et ses références de travail en France (elle avait ses certificats de travail)
  • Son CV
  • Une lettre du cabinet d’avocats expliquant notre situation.

Je précise que je ne sais pas tous les documents sont obligatoires pour entrer, car l’agent ne les a pas tous demandés. Le mieux est de faire le point avec votre cabinet d’avocat ou votre futur employeur. Par sécurité, nous les avions imprimés et mis en PDF sur téléphone. On n’est jamais trop prudents…

Descente de l’avion et arrivée jusqu’aux bureaux de l’immigration

Nous sommes arrivés à l’aéroport Jean Lesage de Québec après un vol Paris-Québec qui arrivait à 23h55. Il y a toujours du monde au service d’immigration, donc ne vous inquiétez pas si votre vol atterrit en pleine nuit.

À la descente, vous passez à la douane. Pour gagner du temps sur nos déclarations à la douane canadienne, nous utilisons toujours l’application mobile ArriveCAN. Elle est très pratique. Vous pouvez la découvrir ici : https://www.canada.ca/fr/agence-services-frontaliers/services/entree-arrivecan.html. Sur les déclarations, indiquez que vous venez pour le travail. À la douanière qui vérifie vos déclarations, dites que vous devez faire vos permis de travail au point d’entrée. Elle inscrit alors un numéro sur votre déclaration.

Au contrôle suivant, voyant ce numéro, une policière (ou douanière, je n’ai pas fait attention à la distinction) vous oriente vers le bureau d’immigration.

Le passage au bureau d’immigration : plus rapide qu’on ne le pensait !

Comme nous sommes descendus rapidement de l’avion et avons gagné du temps grâce à ArriveCAN, nous sommes arrivés dans une file d’attente avec seulement une personne devant nous et quatre employés à l’immigration. Autant dire que l’attente a été courte !

Après avoir précisé la raison de notre venue, l’agent de l’ASFC (Agence des Services Frontaliers du Canada) débute la vérification de tous les documents et remplit le dossier sur son ordinateur. Il vous pose quelques questions pour s’assurer de votre identité et du bon remplissage de votre dossier. Rassurez-vous, il n’y a pas de « question piège ». Notre agent était compétent et sympathique. Cela semble être la norme au Canada. Le passage à l’immigration canadienne est toujours plus simple et courtois que dans d’autres pays, notamment les États-Unis.

Ensuite, l’agent prend vos empreintes et vos données biométriques. Puis, il vous délivre votre permis de travail. Ce document original est à ranger et à conserver avec soin. Il vous sera demandé à plusieurs endroits durant votre période au Québec (travail, banque…), mais aussi à chaque fois que vous passez l’immigration. Ainsi, la prochaine fois que je voyagerai en France, je dois l’emporter pour le présenter à mon retour au Canada et indiquer sur ArriveCAN que je viens pour le travail.

En 45 minutes maximum, nous avons pu obtenir nos deux permis de travail et entrer sur le territoire canadien en tant que résidents temporaires.

Combien coûte le permis de travail au point d’entrée ?

Les tarifs évoluent, donc les chiffres que je vous donne vont probablement évoluer.

En juin 2023, nous avons payé :

  • 155$ (dollars canadiens) pour le permis de travail fermé de ma femme
  • 255$ pour mon permis de travail ouvert
  • 170$ pour la biométrie
  • Soit un total de 580$ pour nos deux permis.

C’est un coût à prévoir. Votre compte en banque doit contenir la somme, mais surtout, votre banque doit permettre un tel paiement. Je vous conseille donc de bien vérifier le plafond de votre carte bancaire et de prévenir votre banque que vous allez au Canada pour éviter les blocages de sécurité. Je le précise, car j’ai déjà eu un blocage « anti-fraude » lors de vacances aux États-Unis. C’était déjà frustrant pour un achat en boutique, alors pour un passage à l’immigration…

Quels sont les points d’entrée possibles au Canada ?

aeroport quebec
Nous avons fait notre demande de permis à l’aéroport, mais d’autres points d’entrée sont possibles. | Photo d’Eric Bégin sur Flickr.

J’imagine que 99.99% des Français arrivent au Québec via les aéroports de Montréal et de Québec. Cependant, ce ne sont pas les seuls points d’entrée existants. Chaque lieu où vous entrez au Canada et allez à la rencontre du service d’immigration est un point d’entrée.

Sans être exhaustif, je peux citer les points d’entrée suivants : les aéroports, les postes frontaliers sur les routes, les gares ferroviaires, les gares maritimes…

Pourquoi faire un permis au point d’entrée plutôt que d’arriver au Canada avec le permis en poche ?

Posséder le permis avant l’arrivée au Canada m’aurait soulagé (je suis d’un naturel stressé…), mais l’avocate nous a dit que la procédure au point d’entrée était plus simple :

  • Des délais de traitement plus courts
  • La biométrie est faite au Canada plutôt que dans un bureau en France (et il y en a que deux : Paris et Lyon)
  • Pas de retards et de pertes postaux et administratifs
  • Nos informations seront à jour sur le permis.

Les petits bémols de faire son permis au point d’entrée au Québec sont :

  • Le paiement des permis nous incombe, alors que l’entreprise les aurait probablement payés si l’avocate les avait obtenus en amont pour nous
  • La procédure requiert de rester un peu plus longtemps à l’aéroport.

Avec le recul, je pense qu’obtenir le permis de travail au point d’entrée au Québec était mieux que de l’avoir en avance. Le délai de traitement plus court et le fait de ne pas devoir aller à Paris pour (juste) fournir ses données biométriques font pencher la balance.

Pour résumer, afin que tout se passe bien lors de votre arrivée à l’immigration, je vous conseille de :

  • Avoir votre passeport et votre AVE valides
  • S’assurer que votre date d’arrivée est cohérente ; n’arrivez pas cinq mois avant votre début d’emploi (je le précise, car j’ai vu une personne se faire refuser son permis d’études, car elle venait trop tôt par rapport au début de ses cours…)
  • Collecter les documents à fournir à l’immigration et bien les ranger dans votre sac en cabine : votre avocat ou votre entreprise vous aidera dans cette démarche
  • Vérifier votre plafond de carte bancaire et la possibilité de payer la somme à l’immigration sans blocage de votre banque.

Pour aller plus loin sur le sujet, le site du gouvernement canadien a tout un dossier sur l’obtention d’un permis de travail. Il traite notamment du permis au point d’entrée sur les pages suivantes :

 

denis destinee quebecARTICLE ÉCRIT PAR DENIS

Amoureux du Québec depuis un premier voyage en 2019, j’habite dans la Capitale Nationale depuis juin 2023. Travailleur autonome dans l’édition de sites, je profite de ma liberté pour visiter la province dès que je le peux.

5/5 - (4 votes)